Share

Comprendre l’imprimante 3D : appareil hautement technologique pour impression tridimensionnelle

Unizen : Massages, Soins, Santé et bien-être

Si vous êtes un peu intéressé par les nouvelles technologies, vous avez certainement déjà entendu parler de l’imprimante 3D. Est-ce un gadget parmi tant d’autres ou un appareil révolutionnaire ? Suivez le guide pour mieux comprendre l’impression 3D, un procédé qui me passionne.

Comment fonctionne une imprimante 3D ?

L’impression 3D repose en premier lieu sur la modélisation 3D, un processus effectué sur ordinateur, avec un logiciel de CAO. Vous pouvez consulter ce dossier pour comprendre la CAO et cerner la différence entre PAO, CAO et DAO.

Pouvant être gratuits ou payants, ces logiciels permettent de créer des plans en 3D qui sont transformés en découpes 2D puis traités par l’imprimante.

Plusieurs logiciels peuvent être nécessaires pour gérer toutes les opérations, de l’ordinateur vers l’imprimante. Celle-ci fonctionne en tout cas selon un principe de fabrication additive qui consiste à empiler les couches de la matière utilisée les unes sur les autres jusqu’à l’obtention de la forme voulue. Envie d’explications supplémentaires ? Cliquez-ICI pour mieux comprendre ce procédé.

Cette méthode est à l’opposé du procédé industriel classique où on pratique plutôt la fabrication soustractive. Cela veut dire qu’on part d’une pièce en bloc pour enlever de la matière au fur et à mesure, jusqu’à l’obtention de la forme voulue.

En fonction de l’objet à créer, on peut faire fondre une matière ou au contraire la solidifier (par fusion ou sous l’action d’un laser) Dans tous les cas, l’appareil fonctionne couche par couche, ce qui permet de mieux maîtriser l’utilisation des matières premières. Du coup, on est en droit de se demander si cette technologie va tout changer, le sujet d’un bon article du webzine eskimag.fr.

Que peut-on fabriquer avec une imprimante 3D ?

J’ai cru au départ que l’impression 3D était utile seulement dans le domaine industriel, et notamment l’automobile, la preuve avec la voiture Strati. À la base, ce sont les ingénieurs et les designers qui ont recours à ce genre de technologie. Et le nombre et la variété de choses qu’on peut imprimer en 3D sont infinis :

  • Pièces de vélo
  • Outillages industriels
  • Meubles
  • Pièces de vaisselle
  • Bijoux en métaux précieux
  • Prothèses humaines
  • Accessoires de déco design
  • Résultat d’une échographie (oui, avec le fœtus en 3D)
  • Etc.

Mais en réalité, cette technologie est accessible à un public plus large. On ne peut pas établir la liste exhaustive des choses imprimables en 3D, mais voici quelques produits utilisés quotidiennement:

  • Des mugs
  • Des coques de smartphones
  • Des instruments de musique
  • Des jouets
  • De petites pièces à remplacer (ex : une vis à remplacer sur un meuble)
  • Etc.

Plus surprenant encore, l’impression 3D permet également de manipuler de la nourriture et leur donner la forme qu’on souhaite. La NASA a notamment pensé « imprimer » des pizzas pour ses astronautes en plaçant tout simplement les différents ingrédients dans les cartouches. On peut aussi imprimer du chocolat, des nouilles, etc. Ça parait complètement fou, non ?

Manuel Leute poses for the media as he uses the 3D printer MakerBot Replicator 2 at the CeBit computer fair in Hanover

Cette technologie a-t-elle des limites ?

Existant dans des modèles destinés au domaine de l’industrie et à un usage pour particuliers, les imprimantes 3D ont des potentiels inestimables. Mais justement, cela commence à soulever certaines questions, notamment son utilisation à des fins illégales et dangereuses. On en vient toujours là.

En effet, certaines modèlent peuvent imprimer des armes à feu. Étant fabriquées clandestinement, les armes imprimées par des particuliers en 3D sont donc indétectables. Internet facilitant le développement de ce genre de projet, les internautes disposent désormais de plans d’arme à feu à imprimer. Les experts de ce domaine tentent évidemment d’empêcher ce genre de délit comme ils ont réussi à empêcher que les simples imprimantes n’impriment de faux billets.

Ensuite, jusqu’ici, les modèles accessibles au grand public ne peuvent en général imprimer qu’avec du plastique et dans une taille limitée. Par ailleurs, on ne peut pas imprimer en 3D sans maîtriser les différents logiciels utilisés. Ainsi, ce domaine est pour le moment limité aux personnes qui maîtrisent ces outils informatiques.

Comprendre l’imprimante 3D est essentiel pour en mesurer les possibilités infinies. On peut déjà en trouver en ligne et certains particuliers commencent à s’équiper. D’ailleurs, les experts estiment que bientôt, les imprimantes 3D seront utilisées aussi couramment que les ordinateurs. Ce qui m’impressionne le plus est sans conteste l’utilisation de cette technologie dans la médecine pour créer des organes sur mesure (comme on peut le lire ici) ou pratiquer la chirurgie réparatrice. Et vous, qu’en pensez-vous ?