Share

Pourquoi vous devriez être obsédé par le whisky japonais

Unizen : Massages, Soins, Santé et bien-être

Les whiskies japonais sont devenus des chouchous, mais ces bouteilles rares et coûteuses sont-elles à la hauteur du battage médiatique ? C’est une période difficile pour les amateurs de whisky japonais. La demande a grimpé en flèche ces dernières années, ce qui fait que de nombreuses bouteilles avec ce goût nuancé et complexe sont très difficiles à trouver.

Mais c’est aussi un moment privilégié pour découvrir le whisky japonais. Bien sûr, les single malts avec des indications d’âge sont devenus difficiles à obtenir, mais ils n’ont pas complètement disparu. Pendant ce temps, Suntory et Nikka lancent de nouveaux produits, et un nombre croissant de petits distillateurs en plein essor sont acclamés. Tout bien considéré, nous avons accès à un bien plus grand nombre de ces spiritueux rares que nous n’en avons jamais eu auparavant.

Histoire du whisky japonais

Si vous êtes un fan de whiskies écossais, il y a fort à parier que vous apprécierez aussi ceux du Japon. L’histoire du whisky japonais commence avec le scotch et remonte à 1918. C’est alors que Masataka Taketsuru s’est rendu en Écosse pour apprendre à distiller du whisky single malt. En 1923, le fondateur de Suntory, Shinjiro Torii, a construit la première distillerie du pays, Yamazaki, et a embauché Taketsuru.

Les deux plus tard se sont séparés. Torii a construit ce qui allait devenir Suntory (qui comprend maintenant les distilleries Yamazaki, Hakushu et Chita, ainsi que le whisky blend Hibiki). Taketsuru a fondé Nikka, qui comprend la distillerie Miyagikyo au nord, ainsi que Yoichi, sur la grande île de Hokkaido.

Avec le whisky écossais comme source d’inspiration, ce n’est pas un hasard si le Japon écrit « whisky » comme le font les Écossais. Ce n’est pas non plus un hasard si de nombreux whiskies japonais sont fabriqués avec de l’orge et fumés avec de la tourbe, qui sont généralement importés d’Écosse. Une petite distillerie, Chichibu, expérimente également des sources locales.

Pourtant, les producteurs de whisky du Japon ont fait évoluer l’esprit en fonction des goûts du pays. La levure et l’eau locales aident à donner aux whiskies leurs nuances uniques. Un autre différentiateur clé : De nombreux whiskies sont élevés en fûts de chêne mizunara du Japon, un bois au grain particulièrement fin qui crée une texture soyeuse et donne des notes délicates de fruits et d’épices.

Le whisky japonais a une inspiration écossaise et l’a délibérément modifiée pour convenir à un palais japonais. Il se trouve que ces modifications ont donné naissance à une gamme de whiskies qui plaisent tout autant aux palais occidentaux.

Pénurie et retour en force

Jusqu’à récemment, les buveurs européens n’avaient accès qu’à un nombre limité de whiskies japonais, les marques importées par Suntory et Nikka. Comparé au Scotch et au Bourbon, le whisky japonais n’a pas reçu beaucoup d’attention. L’une des raisons de cette pénurie est que la récession prolongée du Japon dans les années 1990 a entraîné la fermeture d’un grand nombre de ses distilleries. Même Suntory et Nikka ont réduit les niveaux de production.

Aujourd’hui, les amateurs de spiritueux redécouvrent le whisky japonais. Les consommateurs ont adopté un large éventail de whiskies mondiaux, et les importateurs ont été obligés d’introduire davantage de bouteilles japonaises dans le monde occidental. Ces whiskies ont commencé à être acclamés et à remporter des prix. Et puis, en 2014, le critique Jim Murray a proclamé un single malt de Yamazaki à la finition en fût de Sherry comme étant le meilleur au monde. Après cela, les whiskies japonais sont partis pour les courses.

Tout le monde voulait une bouteille. Il n’y en avait pas assez pour tout le monde.

La demande a augmenté si rapidement que les stocks de nombreux whiskies japonais plus anciens se sont épuisés. Les whiskies tels que le Yoichi 15 de Nikka ou le Yamazaki 25 de Suntory sont devenus particulièrement difficiles à trouver.

Alors que les single malts prennent le temps nécessaire pour vieillir dans l’entrepôt, les deux grands ont réagi en déployant de nouveaux embouteillages sans mention d’âge. Nikka a ainsi commercialisé le Taketsuru Pure Malt (pour compléter Taketsuru 12 ans d’âge), Coffey Grain et Coffey Malt.

Entre-temps, Suntory a lancé Hibiki Harmonie (à la place de Hibiki 12 ans d’âge), et Toki, un whisky blended destiné à être mélangé. Les bouteilles vieillies sont toujours là, mais en quantité limitée.

Ces nouvelles versions conservent le même équilibre de fruits, d’épices et de fumée auquel les consommateurs s’attendent.

Enlever l’indication de l’âge peut être très choquant pour certains consommateurs, mais la qualité est toujours là. Ce n’est pas parce qu’un whisky est plus vieux qu’il est meilleur.