Share

Comment supporter un chef tyrannique ?

Unizen : Massages, Soins, Santé et bien-être

Le son de sa voix vous glace le sang, vous ne supportez pas d’être en face de lui, chacun de ses mails vous rend mal à l’aise, vous craignez toujours une remontrance, vous avez peur d’être humilié(e) en public ? Non vous n’extrapolez pas, pas de doute, vous êtes face à un chef tyrannique. Vous ne pouvez pas, pour une raison ou pour une autre, quitter votre job, alors il faut prendre votre mal en patience, et faire avec. Quels sont les réflexes simples pour préserver votre santé mentale ?

Ne pas accepter la soumission et la manipulation

Le management horizontal implique le respect de la hiérarchie, c’est un fait, mais cela ne signifie pas qu’il faut nier l’existence de sa propre individualité.

De quoi pouvez-vous être victime ?

On vous laisse entendre que vous n’êtes pas assez bien, pas assez rapide, que vous devriez faire plus, que vous n’êtes pas digne du poste que vous occupez ou de la société qui vous accueille ? Sachez qu’il s’agit là d’une simple manipulation ayant pour objectif de vous faire travailler plus. Eh oui, si vous avez le sentiment de ne pas donner assez, vous redoublerez probablement d’efforts pour prouver que vous êtes légitime, au risque de ne jamais être à la hauteur des exigences de votre patron tyrannique. Après, il faut savoir faire la différence en pression et harcèlement moral, l’article de francetv.fr l’a plutôt bien fait. On ne peut évidemment pas supprimer toute pression d’un job à responsabilités, ou simplement avec des missions à accomplir, on peut par contre exiger des bonnes conditions pour le faire.

Vie pro vs vie perso

A cause du contexte, un secteur de l’emploi moribond pour parler clairement, on peut être tenté de se laisser faire, de peur d’être licencié… Le problème, c’est qu’en acceptant tout et n’importe quoi de la part de son supérieur, on emmagasine de la frustration, ce qui peut interférer avec la vie personnelle. Mal au travail, mal à la maison, pensez à vous préserver.

Des pistes pour faire face au patron tyrannique

Vous êtes peut-être d’une nature timide, ou vous êtes plutôt du genre à ne pas vous laisser faire, dans tous les cas, on réfléchit toujours longuement avant de dire quelque chose à son patron. Là il ne s’agit pas d’une demande d’augmentation mais de votre bien-être au travail. Prenez donc votre courage à deux mains et posez-lui des questions :

  • Aurait-il éventuellement des conseils pour vous aider à faire telle ou telle tache ?
  • Une personne du service pourrait-elle vous aiguiller sur la marche à suivre ?

En prime, n’hésitez pas à dire non à certaines sollicitations, surtout si vous avez prévu des choses comme un rassemblement familial ou un séjour exceptionnel. Pour lire un article sur le sujet, je vous conseille de faire un tour ici.

Pratiquer des activités pour décompresser

L’ambiance au travail n’est pas au beau fixe, c’est une chose, mais rien ne vous empêche de prendre du temps pour vous en dehors ! C’est même recommandé.

Quels types d’activités pratiquer pour évacuer les tensions ?

  • Faire du sport : la réponse peut sembler facile mais en plus d’un décrassage régulier, vous entretenez votre corps et vous faites du bien à votre esprit
  • Avoir des loisirs : peinture, musique, danse, balade, cinéma… La liste des choses à faire est longue, tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de choisir ce que vous préférez et de l’intégrer à votre quotidien.
  • Passer du temps avec les gens qu’on aime
  • Se payer une séance de massage de temps en temps !

Ces conseils peuvent sembler simplistes et pourtant ils sont bien utiles pour supporter un chef tyrannique ! Rien de tel que de profiter de la vie en étant actif et en se divertissant pour supporter les situations difficiles au travail. Vous aurez plus de recul et de la réserve grâce à vos bons moments réguliers sur votre temps personnel, ce qui vous permettra de travailler avec la distance nécessaire au maintien de votre bien-être mental. CQFD !

Pour une meilleure productivité, tout patron ferait mieux de comprendre qu’un salarié mérite d’être chouchouté comme on peut le lire dans cet article qui l’explique assez justement.