Quels sont les avantages de statut cadre ?

Le statut de cadre fait rêver plus d’un travailleur en début de carrière. D’autant plus que les recrutements de cadre s’accélèrent énormément depuis quelques années. L’APEC envisage même 300 000 recrutements annuels dès 2022. Mais obtenir le statut cadre, est-ce vraiment une évolution professionnelle qui vaut le coup ? Nous faisons le point.

 

Le statut cadre, c’est quoi ?

 

En 2020, on dénombrait déjà 4,980 millions de cadres en France. Un chiffre qui devrait augmenter au vu des dernières progressions du recrutement cadre, +19% en 2019. Les cadres les plus recrutés sont d’ailleurs ceux des secteurs IT, juridique/comptabilité, conseil/gestion d’entreprises, digital et Recherche & Développement.

 

Mais le statut cadre correspond à quoi exactement ? Il existe pas moins de 9 typologies de cadre :  les cadres commerciaux, les chefs de projets, les cadres techniques, les assimilés cadres, les experts, les cadres fonctionnels, les managers, les cadres supérieurs et les cadres dirigeants. On les retrouve dans tous les domaines d’activité.

 

Les 3 avantages du statut cadre

 

C’est bien connu, les cadres profitent de plus d’avantages que les non-cadres. C’est d’ailleurs pour cela que bien des travailleurs ont placé le statut cadre dans leurs objectifs de carrière. Alors, quels sont ces avantages ?

 

Statut cadre et forfait jours

 

Ayant plus de responsabilités que les autres salariés, les cadres n’ont pas vraiment d’horaires à respecter mais plutôt des missions à accomplir. Exit donc pour eux la semaine de 35h, place au forfait jour. Ils doivent notamment accomplir 218 journées de travail qui leur donnent droit, en contrepartie, à des RTT. Bien-sûr, ils se doivent tout de même de respecter le nombre d’heures légal hebdomadaire, mais ils restent libres d’organiser leur temps de travail comme ils le souhaitent. Plus d’informations ici.

 

Statut cadre et avantages financiers

Les cadres profitent d’une bonne rémunération et d’une meilleure retraite. Comme ils prennent part activement aux réflexions stratégiques pour le développement de l’entreprise, ils obtiennent également des primes plus avantageuses. Côté couverture sociale, le statut de cadre permet d’accéder à un régime de prévoyance spécifique, notamment en cas de décès.

Les cadres et le chômage

Lorsqu’on est embauché sous le statut cadre, la période d’essai est généralement allongée (de 3 à 4 mois renouvelables). Suivant la même logique, le préavis en cas de démission ou licenciement est également plus long (3 mois). Mais une fois au chômage, les cadres bénéficient d’un accompagnement spécifique, avec suivi personnalisé. Les indemnités sont aussi plus avantageuses, 2 ans à taux plein. Enfin, sachez qu’il n’est pas rare que les cadres négocient des indemnités au moment de leur départ (en plus des indemnités légales).

 

Statut cadre et législation

 

Pour conclure cet article, voyons quelles sont les dispositions légales qui encadrent ce statut car il a en effet une particularité. Bien qu’il représente, selon l’Insee, 18,4% de la population de travailleurs actifs en France, le statut cadre n’est pas encadré par la loi. Pourtant ce dernier présente de nombreuses particularités : régime de retraite, RTT, indemnités de départ…

 

D’ailleurs, il convient de préciser que depuis la fusion en 2019 des régimes de retraites Arrco et Agirc, les choses ont changé pour le statut cadre. Auparavant, les cadres cotisaient plus que les salariés non-cadres. La résultante ? Un salaire certes moins élevé, mais une pension de retraite plus importante pour les cadres. Depuis la fusion cependant, le statut cadre est fragilisé sur ce point :

  • Les cadres et non cadres cotisent de la même manière
  • Il n’existe plus qu’une retraite complémentaire pour les cadres

 

Pour le moment, les avantages du statut cadre sont encore présents mais ils sont à surveiller de près car les futures réformes pourraient bien les fragiliser.

Retour en haut